Recherches sur la dimension nautique du Tibre : approche diachronique et interdisciplinaire

Fig. 2
Giulia Boetto
Aix-Marseille Université, CNRS, Centre Camille Jullian UMR 7299

Les possibilités de navigation d’un fleuve, de l’amont vers l’aval et de l’aval vers l’amont, varient selon les sections considérées (Rieth 1998). La pente , la profondeur du lit mineur , le débit lors des crues et des étiages définissent et limitent les déplacements des embarcations.

Pline l’Ancien (NH, III, 53-55), au Ier siècle de notre ère, aborde la question de la navigabilité du Tibre de ses sources jusqu’à la mer. Les caractéristiques du bassin hydrographique, de son régime hydrologique ainsi que les aménagements artificiels (réservoirs, digues) constituent autant de facteurs qui favorisent ou entravent le déplacement des bateaux. Cependant, Pline ne prend en considération que les deux types opposés de cette navigation fluviale : la flottaison avalante des grumes d’une part, et la navigation remontante des navires méditerranéens d’autre part.

Déjà Denys d’Halicarnasse (Ant. Rom. III, 44, 1) et Strabon (V, 2-3) avaient souligné le double aspect de la navigation tiberine. Le Tibre est un fleuve navigable jusqu’à Rome par les navires de mer, tandis que la section d’amont est le domaine des barques fluviales. Ce topos perdure jusqu’à la cosmographie du Pseudo-Aethicus où à Rome il est question des : « … maritimas naves suscipiens et mediterraneas adduces de Etruria vel Sabini…» .

Au sein de la section navigable du Tibre, le pons Sublicius antique, ou de façon plus large l’île Tiberine, sépare la navigation fluviale proprement dite (section fluviale d’amont) de la navigation fluvio-maritime entre Rome et la mer (section fluvio-maritime d’aval) .

Le franchissement de l’embouchure influe également sur la dimension nautique du Tibre. Les auteurs anciens s’accordent sur les caractéristiques négatives du delta : les navires et les équipages ont à faire face à une côte exposée, sans plages de débarquements ni ports convenables . Le phénomène de la barre sous-marine d’embouchure, causé par les sédiments alluviaux et diminuant en un point précis la profondeur d’eau, est évoqué.

Fig. 1
Fig. 1 : Le bassin hydrographique du Tibre (G. Boetto CNRS/CCJ)

Proposition de recherche dans le cadre du programme « Rome, le Tibre, le littoral »

Dans la continuation des recherches que j’ai menées dans le cadre de ma thèse de doctorat (Boetto 2006), il s’agirait d’associer une équipe pluridisciplinaire (archéologues, historiens, archivistes, géographes et géologues) travaillant sur la question de la dimension nautique du Tibre selon une approche diachronique allant de l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne.

Ces recherches pourraient s’articuler autour de quatre axes :
-1. La cartographie du bassin hydrographique du Tibre et, en particulier, de la zone urbaine et du delta. Il s’agira de collecter les fonds cartographiques (cartes géologiques, archéologiques et historiques, cadastres, cartes régionales, aérophotographies, etc) et élaborer un SIG afin de comparer ces documents sur une base géographique commune. Ce travail pourrait permettre de décrire les changements du lit fluvial et, à terme, orienter des recherches de terrain (prospections ou fouilles) ;

-2. Comparaison entre l’hydrogéologie et la géomorphologie du Tibre. Il s’agira de collecter et d’analyser les données hydrogéologiques sur le Tibre à partir des ouvrages publiés (Pardé 1933 ; Frosini 1944 et 1977 ; Bencivegna et al. 1995 ; Bersani P., Bencivenga M. 2001) ainsi que directement auprès de l’Ufficio Idrografico e Mareografico de la Regione Lazio et l’Autorità di Bacino del Fiume Tevere afin de cerner les caractéristiques du débit du fleuve au-delà de ses épiphénomènes (étiages et crues exceptionnelles voir inondations). Ces données devraient servir à une réflexion commune associant le volet géomorphologique du projet ;

Fig. 2
Fig. 2 : Vue de G.B. Piranesi du port de Ripetta

-3. Les moyens de transport et les techniques de navigation. À partir du travail mené sur ce sujet pour l’époque antique (Boetto 2006 ; 2008 ; 2010a et 2001b ; 2011) et moderne (Scavizzi 1991), il s’agira de collecter des données supplémentaires en examinant, par exemple, l’iconographie moderne (gravures, peintures, etc) sous un angle technique et fonctionnel afin d’appréhender la dimension pratique de la navigation. L’analyse de la cartographie historique et des données d’archive pourrait aussi nous éclaircir sur la question du chemin de halage et des lieux de construction/réparation ;

Fig.3
Fig. 3 : Comparaison entre les vestiges conservés des trois navires fluvio-maritimes de type caudicaria de Fiumicino (G. Boetto CNRS/CCJ)

-4. L’aménagement et l’entretien du Tibre. Cet axe essayera de comparer la curatelle du Tibre (Le Gall 1953) à la magistrature des XVIe et XIXe siècles (Nardi 1989 ; Segarra Lagunes 2004). En particulier, l’analyse de solutions techniques adoptées à l’époque moderne pour endiguer le fleuve et aménager des points d’accostage pourrait porter à une relecture de données provenant de recherches archéologiques anciennes.

Références bibliographiques

Bencivegna M., Di Loreto E., Liperi L., 1995, Il regime idrologico del Tevere, con particolare riguardo alle piene nella città di Roma,  dans R. Funiciello (dir.), La geologia di Roma. Il centro storico (Memorie descrittive della Carta Geologica d’Italia, L), Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, Roma, p. 125-172.

Bersani P., Bencivenga M., 2001, Le piene del Tevere a Roma dal V secolo a.C. all’anno 2000, Servizio mareografico e idrografico nazionale, Roma.

Boetto G., 2006, Les navires de Fiumicino (Italie): architecture, matériaux, types et fonctions. Contribution à l’étude du système portuaire de Rome à l’époque impériale, thèse de doctorat, Aix-Marseille Université, (non publiée).

Boetto G., 2008, L’épave de l’Antiquité tardive Fiumicino 1 : analyse de la structure et étude fonctionnelle, Archaeonautica, 15, p. 29-62.

Boetto G., 2010a, Les navires de Fiumicino, influences fluviales et maritimes, dans P. Pomey (éd.), Transferts technologiques en architecture navale méditerranéenne de l’Antiquité aux temps modernes : identité technique et identité culturelle, Actes de la Table Ronde Internationale, Istanbul 2007, Istanbul : IFEA, p. 137-150, (Varia Anatolica ; XX).

Boetto G., 2010b, Le port vu de la mer : l’apport de l’archéologie navale à l’étude des ports antiques, dans S. Keay, G. Boetto (eds), Portus, Ostia and the Ports of the Roman Mediterranean. Contributions from Archaeology and History, Proceedings of the 17th International Congress of Classical Archaeology, Rome 2008, Rome : Ministero per i Beni e le Attività Culturali, p. 112-128, (Bollettino di archeologia on line, Volume Speciale ; I). [http://151.12.58.75/archeologia/bao_document/articoli/9_Boetto_paper.pdf].

Boetto G., 2011, Tra il fiume e il mare: le caudicariae di Fiumicino, dans W.V. Harris, K. Iara (eds), Maritime Technology in the Ancient Economy : Ship-design and Navigation, Portsmouth, Rhode Island : Journal of Roman Archaeology, p. 103-112, (Journal of Roman Archaeology, Supplementary Series ; 84).

Frosini P., 1944, La possibilità della navigazione del Tevere a monte di Roma, L’Acqua, 1-2, p. 3-6.

Frosini P., 1977, Il Tevere : le inondazioni di Roma e i provvedimenti presi dal governo italiano per evitarle, Accademia Nazionale dei Lincei, Roma.

Krautheimer R., 1999, Rome portrait d’une ville ; 312 – 1308, Librairie générale française, Paris.

Le Gall J. 1953, Le Tibre fleuve de Rome dans l’Antiquité, Presses Universitaires de France, Paris.

Nardi C., 1989, Il Tevere e la città – L’antica magistratura portuale nei sec. XVI – XIX (Quaderni del Tevere, 1), Multigrafica Editrice, Roma.

Pardé M., 1933, Études hydrologiques italiennes : le régime du Tibre d’après les travaux du Professeur P. Frosini, Revue de Géographie Alpine, XXI, p. 289-335.

Rieth E., 1998, Des bateaux et des fleuves. Archéologie de la batellerie du Néolithique aux Temps modernes en France (Collection des Hespérides), Errance, Paris.

Scavizzi C. P., 1991, Navigazione e regolazione fluviale nello Stato della Chiesa fra XVI e XVIII secolo (Il caso del Tevere), (Collana “Il modo di costruire”), Edilstampa, Roma.

Segarra Lagunes M.M., 2004, Il Tevere e Roma : storia di una simbiosi, Gangemi, Roma.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *