La gestion du Tibre de Rome à Ostie d’après la documentation épigraphique : problématique générale

di Corinne Rousse (Aix-Marseille université, Centre C. Jullian)         

Au Ier s. ap. J.-C., Pline l’Ancien décrit le Tibre comme un fleuve fortement aménagé (Pline, 3, 54-55).  L’intégration du fleuve dans le paysage urbain est déclinée en autant de mirabilia qui soulignent le lien exceptionnel entre Rome et le Tibre. Avec ses rives endiguées, bordées de multiples constructions, le fleuve traverse en trois larges méandres une ville déjà millionnaire. Il assure l’essentiel de son ravitaillement depuis des ports maritimes implantés à l’embouchure, mais aussi par une navigation avalante utilisant le bassin amont. La nécessité de disposer d’importants espaces portuaires, autant que la volonté de limiter les variations de régime du fleuve, ont contribué à canaliser le Tibre et à en fixer le tracé. Les fouilles menées depuis le XIXe s. confirment cette importante artificialisation du chenal fluvial et de ses rives,  amorcée dès le IIe s. av. J.-C.  A partir de la fin de la République, les textes évoquent également d’importants projets hydrauliques avancés pour protéger les secteurs les plus inondables et faciliter la liaison avec la mer[i]. Ces projets reflètent l’essor d’une politique de gestion du fleuve désormais élargie à l’ensemble du bassin.

C’est dans ce contexte qu’apparaît à Rome une administration spécialisée, affectée à la surveillance du Tibre et à l’entretien de ses berges. Attestée au moins à partir du règne de Tibère, elle prend le nom de cura riparum et aluei Tiberis – la curatèle des rives et du lit du Tibre[ii]. Son activité est particulièrement bien attestée par la découverte de bornes de délimitation du fleuve. Elles se présentent sous la forme de grands blocs parallélépipédiques en travertin, grossièrement équarris[iii], portant une inscription sur seule face, tournée vers le Tibre[iv]. Elle rappelle l’autorité qui a décidé du bornage, ainsi que les noms et titres (curatores) des magistrats chargés de sa réalisation[v]. S’ajoute parfois la mention d’une restauration, ou encore une indication de distance jusqu’au prochain cippe. Une grande partie de ces bornes fut trouvée lors des travaux de curage et de régularisation du lit du Tibre, engagés à partir de la fin des années 1870[vi]. Un corpus de 115 inscriptions est actuellement recensé, conservées pour bonne part au Museo nazionale alle Terme.[vii] Destinées à matérialiser l’espace riverain relevant du domaine public, ces bornes constituent une documentation épigraphique exceptionnelle témoignant de l’intégration du fleuve dans l’urbanisme de la capitale et tout au long de son parcours de Rome à Ostie.

 

On remarque cependant que plus de la moité (67) des 115 cippes épigraphes actuellement recensés se rapportent en réalité à trois opérations antérieures à l’instauration de la curatèle (54 av. J.-C. ; 8 av. J.-C. ; 7-6 av. J.-C.). Effectuées au nom des magistrats (censeurs, consuls) ou de l’empereur, elles indiquent qu’une gestion planifiée du Tibre est déjà mise en œuvre dès la fin de l’époque républicaine, accompagnant de nouveaux besoins fonctionnels (intensification de l’usage du fleuve et de ses rives, aménagements portuaires) mais aussi une révision du cadastre urbain et suburbain, peut-être suite à des épisodes d’inondation, et certainement aussi du fait de la densification des constructions publiques et privées[viii].  De nombreux indices montrent également que la gestion des cours d’eau est, à la fin de la République, une question d’actualité, tant du point de vue institutionnel (bornage) que juridique et technique (intervention sur le cours même du fleuve). Un autre élément à souligner est l’ampleur de ces opérations de bornages, qui intéressent à la fois le sol urbain et suburbain, couvrant l’ensemble du tracé aval du fleuve, de Rome à Ostie.

 

 

Etat de la recherche

 

En 1953, N. Le Gall publiait une importante synthèse consacrée à la gestion du Tibre à Rome, depuis l’époque républicaine jusqu’à la fin de l’Empire[ix]. Il dressait, dans ce travail précurseur, un bilan détaillé des interventions antiques effectuées sur le tracé urbain du Tibre, parallèlement à la définition de normes juridiques, puis au développement des services de la curatèle. De multiples découvertes archéologiques ont enrichi, depuis les années 1950, nos connaissances sur l’aménagement des rives, la morphologie du chenal, ou encore la navigabilité du Tibre[x]. D’autres dossiers, essentiellement épigraphiques, ont fait l’objet de réexamens ponctuels[xi]. Mais, l’élargissement de la documentation n’a pas suscité de synthèses permettant de comprendre l‘émergence d’une politique de gestion du fleuve dans la ville. L’ouvrage de N. Le Gall reste ainsi l’unique référence à traiter des questions administratives en les confrontant à la topographie de l’Urbs.

 

De même les domaines d’action de la curatèle du Tibre, et ses acteurs,  n’ont pas donné lieu à de nouvelles publications[xii], alors même que l’ensemble du corpus constitué par les bornes du Tibre a fait l’objet d’une révision récente dans le CIL VI, pars 8. Cette administration reste ainsi la moins bien connue des grandes curatèles urbaines[xiii].

 

Enfin, un lourd travail reste à mener sur la contextualisation des bornes, découvertes en partie in situ durant les fouilles de la fin du XIXe s. N. Le Gall s’est lui-même peu intéressé aux questions topographiques posées par l’environnement proche des cippes, alors même que leur implantation pourrait être étroitement liée à la définition juridique du sol riverain (en deçà de l’espace public du fleuve), ou à une modification de son statut. Cette recherche serait à mener à partir de la documentation d’archives, et au regard des connaissances actuelles sur la topographie romaine.

 

Propositions d’étude dans le cadre du programme :

 

Dans le prolongement d’une réflexion mené sur la gestion des fleuves dans l’espace urbain (Rousse 2007), et en parallèle de travaux archéologiques sur les Grandi Horrea d’Ostie[xiv], j’avais entrepris une première enquête sur les opérations de bornage du Tibre et le rôle de la curatèle du Tibre (Rousse 2008).  L’objectif serait de conduire cette recherche dans le cadre d’un  travail collectif associant des chercheurs intéressés par l’étude épigraphique et institutionnelle du corpus et, pour les bornes in situ, par une réflexion topographique, comprenant la révision des données d’archives. Trois thèmes d’études peuvent être proposés :

 

– la contextualisation des bornes et leur signification dans la définition du sol riverain du fleuve, soit de part et d’autre de l’intervention de bornage. Cette analyse, à mener par exemple sous la forme de dossier ou d’étude de cas, n’est pas sans intérêt pour la localisation du lit du fleuve, même si les cippes englobent un vaste espace émergé destiné aux multiples activités liées à la batellerie (opérations de stationnement, d’échouage, de transbordement etc…)[xv]. Elle permettrait d’ailleurs de mieux discerner la superficie affectée à ces activités. En deçà des bornes, la propriété du sol est également un élément à mieux connaître, car certaines interventions de bornages pourraient intervenir en relation avec une modification de statut. Cette question est particulièrement significative pour les premières interventions de délimitations du lit du fleuve, à l’époque républicaine et durant le règne d’Auguste.

 

– le champ d’action de la curatèle du lit du Tibre ; ses sphères d’intervention et ses acteurs. Il s’agit ici de préciser les analyses proposées par N. Le Gall et de reprendre l’analyse prosopographique des curateurs du Tibre. Cette analyse est peut-être déjà avancée dans le cadre d’une thèse de doctorat réalisée par A. Lonardi (université Ca’Foscari de Venise, 2009, non consultée)[xvi].

– dans une perspective diachronique, nous souhaitons ouvrir une réflexion sur le statut juridique des rives du fleuve de l’Antiquité à nos jours, leur utilisation au temps de la batellerie traditionnelle et les institutions en charge de leur entretien.  Cette perspective rejoint une réflexion plus générale sur l’utilisation des berges du Tibre durant l’Antiquité et le rôle du fleuve comme axe de communication.

 

Bibliographie

 

 

CIL 6, pars 8 Titulos et imagines collegit schedasque comparavit Silvio Panciera, fasc. 3, Titulos magistratuum populi romani ordinum senatorii equestrisque thesauro schedarum imaginumque ampliato, G. Alföldy (éd.), Berlin – New York, 2000.

 

Aldrete, G.S., 2007, Floods of the Tiber in Ancient Rome, Baltimore.

Arnoldus-Huyzendveld A. & L. Paroli, 1995, « Alcune considerazioni sullo sviluppo storico dell’ansa del Tevere presso Ostia », Archeologia laziale 12, 383-392.

Boetto, G., 2006, Les navires de Fiumicino (Italie). Architectures, matériaux, types et fonctions. Contribution à l’étude du système portuaire de Rome à l’époque impériale, Thèse de doctorat soutenue le 14 décembre 2006, Université Aix-Marseille 1, 2 vol.

Boetto, G., Bukowiecki, E., Monteix, N. & C. Rousse,  à par. « Les Grandi Horrea d’Ostie », dans : B. Marin et C. Virlouvet (éd.), Le ravitaillement des cités de la Méditerranée : Entrepôts et trafics annonaires. Antiquité – Temps modernes (CEFR).

Borsari, L., 1889,  Di un’ epigrafe spettante all’arginatura delle ripe del Tevere, BCAR, 17, p. 165-172.

Calza, G., 1921,  Due cippi della terminazione delle rive del Tevere, NSA, 18, p. 258-262.

Cantarelli, L., 1889, La serie dei Curatores Tiberis, BCAR, 17, p. 185-205.

Cantarelli, L., 1894, L’origine della cura Tiberis e supplementi alla serie dei Vicarii Urbis Romae e alla serie dei curatores Tiberis, BCAR, 22, p. 134-146.

Cantarelli, L., 1900, Miscellanea epigrafica et archeologica: Supplementi alla serie dei Curatores Tiberis, BCAR, 28, p. 134-146.

Cantarelli, L., 1907, Un curator tiberis in una lapide greca di Efeso, BCAR, 35, p. 108-114.

M. Cébeillac-Gervasoni, M. L. Caldelli & F. Zevi, 2006, Epigraphie latine, Paris.

Coarelli, F. , 1994, Saturnino, Ostia e l’annona. Il controllo e l’organizzazione del commercio del grano tra II e I s. a.C., dans : Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire, Actes du colloque international (Naples 1991), 1994 (CEFR 196), p. 35-46

Coarelli, F. , 1999, Scalae [?Can]iniae, LTUR, 4, 1999, p. 240.

Daguet-Gagey, A., 1997, Les  » opera publica  » à Rome (180-305 ap. J.-C.), Paris.

Daguet-Gagey, A., 2000, I grandi servizi publici a Roma, dans : E. Lo Cascio  (éd.), Roma imperiale : una metropoli antica, Studi superiori, 391, Roma, p. 71-102.

Daguet-Gagey, A., 2011, Auguste et la naissance des services publics à Rome. A propos de Suétone, Vie d’Auguste, 37, 1, dans : S. Benoist, A. Daguet-Gagey, C. Hoët-Van Cauwenberghe (éd.), Figures d’empire, fragments de mémoire : pouvoirs et identités dans le monde romain impérial (Ier s. av. n.è.-Ve s. de n.è.), Actes du séminaire d’histoire romaine de Lille (octobre-novembre 2008), Lille,  p. 341-360.

Iacobazzi, S., 2004, Il Tevere, dans : F. Coarelli (éd.), Gli scavi di Roma (1878-1921), LTUR suppl., Roma, 2004, p. 113-116.

Keay, S., Millet, M.,  Paroli, L. & K. Strutt (éd.), 2005, Portus : An Archaeological Survey of the Port of Imperial Rome, Archaeological Monographs of the British School at Rome,15.

Keay, S.J. & L. Paroli. (éd.), 2011.,  Portus and its hinterland: recent archaeological research, British School at Rome Archaeological Monographs .

Le Gall, N., 1953, Le Tibre fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris, 1953.

Le Gall, N., 2005², Il Tevere fiume di Roma nell’antichità (Le Tibre fleuve de Rome dans l’antiquité), Roma.

Leveau, Ph., 2006,  Les inondations du Tibre à Rome. Politiques publiques et variations climatiques à l’époque romaine, dans : E. Hermon (éd.), La gestion intégrée de l’eau dans l’histoire environnementale. Savoirs traditionnels et pratiques modernes, Colloque international (Laval 2006), p. 137-146.

Meiggs R., 1973² ,Roman Ostia, Oxford (1960).

Meneghini, R., 1985a, Attività e installazioni portuali lungo il Tevere. La riva del Emporium, dans : Misurare la terra : centuriazione e coloni nel mondo romano. Città, agricoltura, commercio : materiali da Roma e suburbio, Modena, 1985, p. 162-171.

Meneghini, R., 1985b, Scavo di Lungotevere Testaccio, dans : Roma : archeologia nel centro. II. La “città murata”, Roma, , p. 433-441.

Mocchegiani Carpano, C., 1984, Il Tevere, archeologia e commercio, BdN, 2, p. 21-84.

Pisani Sartorio, G.,  Colini, A.M. & C. Buzzetti, Portus Tiberinus, dans : S. Quilici Gigli (éd.), Il Tevere e le altre vie d’acqua del Lazio antico, Archeologia Laziale, 7, 2 (QAEI 12), p. 157-197.

Rousse, C., 2007, De la pratique à l’aménagement. La mise en valeur du milieu fluvial et lagunaire en Italie du Nord à l’époque romaine  (IIe s. av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C.), thèse de doctorat soutenue le 1er décembre 2007, Université Aix-Marseille 1, 4 vol.

Rousse, C., 2008, Aménagement et gestion du milieu fluvial dans le bassin du Tibre entre la fin de la République et l’Empire. La naissance de la curatelle du Tibre, Mémoire de l’Ecole française de Rome (inédit).

Zevi, F., 1973, P. Lucilio Gamala senior e i « quattro tempietti », MEFRA, 85, 2, p. 555-581.

F. Zevi, F.,2002, Appunti per una storia di Ostia repubblicane, MEFRA, 114, 1, p. 13-58.


[i] Projet avortés de César (Suétone, César, 44 ; Cic. Ad Attic. 13.20 ; Plutarque, César, 64 ; Dion 49,5). Voir également les projets de Tibère sur la gestion du bassin en amont (Tacite, Annales, 1.79.1) et, pour l’aval, la réalisation de fossae accompagnant l’aménagement de Portus à l’époque impériale (CIL, XIV, 85 ; CIL, XIV, 88 = CIL, VI, 964).    

[ii] La terminologie est donnée par le titre des curateurs sur les cippes de délimitations du Tibre. A partir du règne de Trajan, la curatèle reçoit également l’administration des égoûts (curator aluei et riparum et cloacarum Urbis en 101-103 ap. J.-C. . curator aluei Tiberis et cloacarum Urbis après 146).

[iii] Les bornes étaient destinées à être enterrées sur une grande partie de leur hauteur. La partie supérieure, surtout pour laface épigraphe, est un peu plus soignée.

[iv] Cette orientation systématique est donnée par les cippes découverts in situ. Une seule borne opistographe fait exception au sein de l’ensemble du corpus (CIL, I, 613 ; CIL, I², 766a ; CIL, VI, 1234a ; 31540a, 40857).

[v] Ces cippes ont permis à L. Cantarelli de dresser une première liste des curateurs du Tibre (Cantarelli 1894), ajournée par la suite (Cantarelli 1900 ; Cantarelli 1907). T. Mommsen s’est, lui, intéressé aux indications de distances contenues par le formulaire impérial des cippes (CIL, VI).

[vi] Le lancement de ces travaux fait suite à l’inondation catastrophique du 28 décembre 1870. Différents projets se succèdent avec la mise en place d’une première commission en 1871, jusqu’au lancement officiel des travaux par la loi du 5 juin 1876. Pour une mise au point générale sur les découvertes réalisées au cours de la réfection des berges et du dragage du Tibre, voir : Iacobazzi 2004.

[vii] L’ensemble du corpus a fait l’objet d’une révisioion récente, avec ajout des inscriptions trouvées dans la première moitié du XXe s. : CIL 6, pars 8 Titulos et imagines collegit schedasque comparavit Silvio Panciera, fasc. 3, Titulos magistratuum populi romani ordinum senatorii equestrisque thesauro schedarum imaginumque ampliato, G. Alföldy (éd.), Berlin – New York, 2000.

[viii] Un autre paramètre contribuant à l’artificialisation du fleuve réside dans ses variations de régime, avec un risque  accru par la densité urbaine et la concentration de monuments publics dans des zones inondables. Sur les inondations du Tibre et la liste des épisodes de crue signalés par les textes voir en dernier lieu Aldrete 2007, ainsi que le point de vue de Ph. Leveau (Leveau 2006).

[ix] Le Gall 1953 ; traduction italienne : Le Gall 2005².

[x] Voir notamment pour Rome : Colini 1980 ; Mocchegiani Carpano 1984 ; Meneghini 1985a ; Meneghini 1985b  ; Pisano Sartorio et al. 1986. Sur la navigabilité du Tibre, de Rome à Ostie : Boetto 2006 (thèse de doctorat inédite). Pour Ostie-Portus : Keay et al. 2005 ; Keay & Paroli 2011.

[xi] Par exemple le dossier des cippes de Caninius : Meiggs 1973² ; Coarelli 1994 ; Coarelli 1999 ; Zevi 1973 ; Cébeillac-Gervasoni, Caldelli & F Zevi, 2006.

[xii] A l’exception de Daguet-Gagey 2011, et

[xiii] Daguet-Gagey 2000, p. 89-90. Il faut souligner que ces grands services n’ont guère attiré l’attention des chercheurs (Daguet-Gagey 1997, p. 7), à l’exception de la curatèle des travaux publics et de la cura aquarum, mieux connue grâce au  texte de Frontin et aux multiples interventions archéologiques sur les aqueducs.

[xiv] Projet RAMSES²- EFR- SBAO. Les Grandi Horrea se situent sur un secteur proche du Tibre dont le statut pose question : Cébeillac-Gervasoni et al. 2006, p. 83 ; Rousse 2008, p. 57-61 ; Boetto, Bukowiecki, Monteix & Rousse, à par.

[xv] On pense par exemple aux cinq cippes découverts en rive droite du Tibre à Ostie, dans la zone dite du Trastevere ostiense (Calza 1921 ; Arnoldus Huyzendueld & Paroli 1995), qu’il serait intéressant de reprendre en relation avec l’étude géoarchéologique du méandre du Tibre, conduite par J.Ph. Goiran et F. Salomon (Goiran et al. 2011).

[xvi] Anna Foscari m’avait contactée en 2008 pour évoquer ce sujet de recherche, centré sur l’étude prosopographique des curateurs du Tibre. L’université Ca’Foscari de Venise indique que la thèse a été soutenue en  2009.  Il sera nécessaire de recontacter l’auteur, si l’étude est lancée.


1 pensée sur “La gestion du Tibre de Rome à Ostie d’après la documentation épigraphique : problématique générale”

  1. Connaissez-vous le régime hydraulique du Tibre à Rome ? (régime pluvial ? nivo-pluvial ?…), dans la Rome antique et/ou la Rome actuelle ? Je suis hydrogéologue et cela m’intéresse énormément. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *