Rome, Tibre, Littoral. Les infrastructures de stockage

Sol d'une pièce de stockage des magasins de Trajan à Portus
Sol d’une pièce de stockage des magasins de Trajan à Portus

di Evelyne Bukowiecki (IRAA / CCJ / DAI)

C’est à partir de la réflexion menée ces dernières années sur les entrepôts des sites portuaires antiques d’Ostie et de Portus, dans le cadre du projet de l’ANR « Entrepôts et structures de stockage dans le monde gréco-romain antique » (2009-2012), que nous proposons une nouvelle recherche sur les activités de stockage dans le territoire qui relie, grâce au Tibre et aux deux principales voies terrestres, le port fluvial urbain et le littoral romain. En effet, depuis l’époque impériale, les grandes étapes de la vie et du développement de ce territoire restent étroitement liées aux nécessités de contrôler la circulation, la conservation et la redistribution des denrées, marchandises, produits manufacturés et matières premières.

Pour la période antique, nous pensons bien sûr aux imposants complexes de stockage impériaux sur les sites d’Ostie et de Portus mais, ajoutées à ces évidences mieux connues, il faut désormais réévaluer à la hausse les capacités de stockage du suburbium, et en particulier de la zone du Trastevere ostiense et du territoire de l’Isola Sacra où tout récemment d’autres entrepôts monumentaux ont étaient identifiés. Ces entrepôts publics avaient pour vocation d’accueillir les denrées et les marchandises provenant de l’ensemble des provinces de l’Empire ainsi que du reste de la péninsule et de les redistribuer vers le centre de l’Urbs en remontant le Tibre ou en empruntant la Via Ostiensis ou la Via Portuensis. Nous pensons habituellement au stockage emblématique du blé de l’annone, mais il faut aussi rappeler qu’à l’époque impériale, quasiment toutes les autres marchandises connues, échangées ou consommées à Rome devaient obligatoirement passer par ces deux sites portuaires.
Une autre nécessité de stockage indispensable à la vie quotidienne des romains de l’Antiquité est celle de l’eau potable ; que ce soit pour la consommation alimentaire que pour l’approvisionnement des fontaines et des thermes. La récente étude sur les châteaux d’eau et le réseau d’adduction d’Ostie antique pourrait être le point de départ d’une réflexion élargie à l’ensemble du territoire, comprenant bien entendu le site de Portus mais également les citernes connues le long du parcours des aqueducs qui alimentaient ces deux sites et les réserves d’eau pluviale pertinentes aux villas rurales disséminées sur le territoire.

Pour les périodes médiévales et modernes, à partir des nombreux travaux récemment réalisés par la surintendance d’Ostie sur le sujet, il serait fort intéressant d’enquêter sur les caractéristiques des infrastructures liées au fonctionnement des salines d’Ostie pendant cette période, tout en conservant une vision diachronique de ce que nous connaissons de l’exploitation du sel durant l’Antiquité. Plusieurs édifices rappelant cette importante source de richesse du territoire sont d’ailleurs encore parfaitement conservés comme la Torre Boacciana, le Casone del Sale, le Casale di San Sebastiano ou le Casalone situé au nord du château de Jules II, à proximité du bourg médiéval.

Les modestes édifices liés aux exploitations agricoles qui occupaient le territoire au XIXe siècle n’ont laissé que peu de traces matérielles sur le terrain mais leur souvenir est encore vivement présent dans la mémoire collective, entre autre grâce aux nombreux témoignages des colons ravennates qui entre 1884 et 1892 réalisent la première grande phase de bonification. Le « Rilievo topofotografico di Ostia dal Palone » exécuté en 1911 à l’initiative des archéologues Corrado Ricci e Dante Vaglieri documente parfaitement ces constructions rudimentaires que Vaglieri décrivait comme des « modeli nel loro genere di perfezione costruttiva ». Les cabanes en roseaux qui devaient pouvoir indifféremment abriter les familles des travailleurs saisonniers et stocker récoltes et fourrages, étaient systématiquement soit rondes à développement conique, soit rectangulaires avec toit à pignon. L’essor de la photographie à la fin du XIXe siècle a d’ailleurs permis de garder la mémoire visuelle de ces architectures très particulières qui occuperont le paysage rural du littoral au moins jusqu’à la première guerre mondiale.

Entre les deux guerres, l’architecture du stockage sur ce territoire est principalement liée à la reprise des travaux de bonifications à l’époque fasciste et à l’installation de nouveaux centres ruraux qui se développeront entre Ostie et Maccarese jusque dans les années 1950. Ces édifices destinés à l’entreposage des produits issus de l’agriculture traditionnelle, comme les granges, les silos ou les étables, appartiennent encore au paysage actuel et même si certains sont toujours utilisés à des fins agricoles ou d’habitation, la plupart sont menacés de ruine. Notre recherche pourrait permettre une documentation systématique préventive à leur complète disparition.
La seconde guerre mondiale a laissé d’autres traces sur le territoire actuel, notamment le long des voies principales avec l’implantation de nombreux blockhaus et en matière de stockage, elle laisse encore aujourd’hui à résoudre le problème écologique lié aux réserves de carburant qui ont été à l’époque enfouies à proximité de la Via Ostiensis.
Plus proche du centre de la ville, le XXe siècle a également fortement marqué le paysage des rives du Tibre par un tout autre type d’infrastructure de stockage ; il s’agit des trois gazomètres construits entre 1910 et 1937 à proximité des entrepôts du fort fluvial et qui appartiennent désormais à l’identité culturelle du quartier du Testaccio.

Enfin, pour les périodes les plus contemporaines, il serait utile d’approfondir la ou les dynamiques qui ont suscité l’implantation sur le territoire d’aussi nombreuses et variées infrastructures de stockage liées aux réalités économiques et touristiques actuelles. Nous pensons en particulier aux entrepôts littoraux liés à la construction du nouveau port de Rome à Ostie, aux entrepôts fluviaux liés à la navigation de plaisance, aux réserves de carburant situées à proximité de l’aéroport de Fiumicino comme aux autres édifices de stockage industriel disséminés sur l’ensemble du territoire.

Si ce projet de recherche s’appuie à l’origine sur une bonne connaissance des activités de stockage durant l’Antiquité, son cadre diachronique permettra surtout de susciter une réflexion transdisciplinaire sur la thématique selon trois directions principales. Il sera tout d’abord proposé une étude systématique des formes architecturales liées au stockage, tout en considérant leur impact sur le paysage et dans la mémoire collective. Il sera ensuite approfondi, d’un point de vue plus technique, l’évolution à travers les siècles de certains procédés de conservation, comme par exemple le passage entre l’emmagasinage du blé en cellules ou greniers au développement de son stockage anaérobie en silos. Enfin, il sera important d’analyser d’un point de vue diachronique, l’importance du rôle du fleuve, du littoral et des deux principales voies terrestres vers la ville sur l’implantation de ces infrastructures.

Ainsi, en considérant de manière transversale la continuité ou la diversité, mais également les caractéristiques physiques des activités de stockage que ce vaste territoire a accueilli depuis l’Antiquité, cette étude pourrait contribuer, dans une perspective d’avenir liée à l’harmonisation entre activités anthropiques et environnement, à mieux redéfinir l’équilibre entre espace urbain, espace rural, espace littoral et espace fluvial.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *