Introduction et conclusion de « urbanistica, infrastrutture, vie di comunicazione »

Ella Hermon, MSRC, Université Laval, Canada

 

 

La définition de l’aire d’étude étant Rome, le Tibre et le littoral, notre objet d’étude de la rencontre et du projet en cours de conception, se situe d’emblée dans le champ sémantique de la configuration spatiale d’une zone riparienne, dont nous avons récemment défini le cadre conceptuel au cours des travaux de la Chaire senior de recherche du Canada « Interactions société-environnement naturel dans l’Empire romain » dont j’ai été titulaire (2003-2010). Les travaux les plus récents de la Chaire ont été centrés sur l’étude du concept de Riparia portant sur les zones ripariennes à la lumière ses acquis méthodologiques de ses travaux précédents. Je soulignerai ici les principaux éléments de la définition de ce concept situéà l’intersection des sciences humaines et naturelles comme une expression exemplaire des interactions société-environnement naturel qui cible la gestion intégrée des bords de l’eau dans le sens large avec l’espoir que nos acquis puissent trouver des applications dans la zone riparienne par excellence comprise ente Rome, Tibre et le littoral.

 

Je me réfère ici donc aux à la définition de concepts que nous avons utilisés ainsi qu’aux approches d’étude expérimentées au cours de nos travaux:

 

1) Nous avons conçu le concept de RIPARIA comme une notion d’espace compatible avec la dimension historique dans le cadre du colloque international « La gestion intégrée des bords de l’eau, un environnement à risque : pour la définition du concept de Riparia dans le monde romain » que j’ai organisé à l’Université Laval du 28 au 31 octobre 2009. Les actes de ce dernier colloque de la Chaire ont été publiés en 2010.[1]

 

Dans le cadre de ces travaux nous avons défini le concept de RIPARIA dans le monde romain en le confrontant avec ses expressions modernes nées dans les milieux écologiques qui le détermine en fonction du milieu fluvial[2]. Afin de cerner les traits communs de la gestion intégrée d’une plus grande variété spatiale des milieux limitrophes à l’eau, il nous a paru utile d’intégrer cette variété − cours et plans d’eau, dépressions hydromorphes − dans des études de cas de milieux ripariens que le monde antique, en l’occurrence romain, offre à l’examen. L’examen rétrospectif de l’évolution de ces milieux et de leur gestion facilite l’obtention d’une vue d’ensemble de la problématique étudiée et permet de dégager quelques leçons des expériences du passé. Cependant, les conclusions tirées de ces travaux seraient tributaires  des démarches méthodologiques modernes qui mettent à disposition une panoplie de cas anciens et modernes et qui nous autorise à tenter des analogies pour combler des lacunes dans nos connaissances du passé. Ainsi, et en déterminant la configuration spatiale des RIPARIA avec des éléments d’un autre concept d’espace − le paysage, nous  avons définit le premier concept comme suit

 

Système socio-naturel qui inclut les bords des cours d’eau, des plans d’eau et des dépressions hydromorphes et qui se caractérise par la convergence de l’approche de gestion intégrée des ressources naturelles avec la notion de paysage.

 

2) Approches d’étude .Ce concept a mis à profit des approches que nous avons mises au point dans le cadre des travaux antérieurs de la Chaire : la gestion intégrée des ressources naturelles, en général, et des ressources en eau, en particulier :

 

La GESTION INTÉGREE est une approche holistique de gestion ayant la capacité d‘intégrer la dimension historique dans l’analyse des politiques de gestion. Dans le contexte moderne elle favorise le dialogue entre acteurs et usagers pour aboutir à une évaluation holistique des interactions société-environnement naturel; dans le contexte antique elle permet la prise en compte des interactions entre les différents niveaux de responsabilité de gestion : État  Communautés − individus.

 

LA GIRE : GESTION INTÉGRÉE DE L’EAU est une approche écosystémique de gestion, basée sur les corrélations entre l’eau et les autres composants du milieu, qui favorise la prise en compte des enjeux environnementaux, socio-économiques, juridiques et politiques ainsi que leur dimension culturelle. Cette approche favorise l’intégration des savoirs locaux et traditionnels attestés notamment par les représentations sociales de la GIRE.

 

Le concept de RIPARIA met en cause l’eau et la terre qui la contient dans leurs interactions réciproques et avec les autres éléments de la biosphère, mais les dimensions de sa configuration spatiale s’établissent principalement en fonction des ressources en eau par une approche écosystémique (bassin versant, rapport montagne, cours/ plan d’eaux mer, etc.)

La configuration spatiale des RIPARIA devient ainsi une notion qui structure les éléments du paysage et du système socio-naturel ainsi leurs représentations sociales :

 

LA CONFIGURATION SPATIALE DES RIPARIA est

un concept tridimensionnel intégrant les dimensions spatiales du connu, du construit et du perçu du système socio-naturel complexe des bords de l’eau et dont l’analyse tient compte des temps biologiques et historiques par une approche écosystémique de la gestion intégrée de l’eau (GIRE).

 

Par conséquent, la dynamique de gestion intégrée des RIPARIA est fondée sur les interactions société-environnement naturel articulées par leurs représentations sociales. Elle se réalise par la prise en compte des trois systèmes – naturel, sociétal et celui de représentations sociales ^- permettant de cerner, en second lieu, des éléments universels d’éthique de gestion intégrée qui sont l’essentiel des leçons du passée en matière de gestion intégrée des milieux ripariens. Ces deux principes ci-haut mentionnés se conjuguent pour générer la dynamique de la gestion intégrée des milieux ripariens :

 

  • Les interactions entre les systèmes naturels et sociétaux ayant comme interface des représentations sociales du milieu et de sa gestion.

 

  • Représentations sociales et éthique de gestion intégrée : ensemble des normes, attitudes, croyances et perceptions orientant les pratiques/politiques de gestion.

 

Nous avons approfondi ensuite la question de l’éthique de gestion intégrée de l’environnement, notamment dans la construction des espaces ripariens de l’Antiquité à nos jours, dans un colloque qui a eu lieu en 2012 à Sudbury, Ontario, Canada et dont les actes sont cours de publication[3]. Ces travaux nous ont permis d’intégrer les savoirs du passé comme des savoirs traditionnels transmis d’une génération à l’autre et valorisés de plus en plus par la société d’aujourd’hui préoccupée par des problèmes environnementaux confrontés par le passé dans les milieux ripariens : pénurie d’eau, vulnérabilité aux aléas/variations climatiques et la dégradation du milieu.

 

Il nous a été ainsi possible de souligner que l’éthique de gestion intégrée du milieu riparien répond à deux impératifs :

 

la nécessité de la préservation du milieu, d’une part,

et l’exigence de sa transformation afin de s’adapter

aux diverses mutations survenues dans le temps et

l’espace, de l’autre.

 

Ces deux impératifs conduisent à la réinterprétation continuelle des savoirs environnementaux traditionnels.

 

Comment cerner ces importants impératifs qui doivent générer la gestion intégrée des milieux ripariens ? Seule une méthode d’analyse systémique appliquée à l’étude de cas dans leur contexte de production, pourrait à notre sens, servir d’alternative à des modélisations sélectives adoptées par les gestionnaires de l’environnement pour prévoir la gestion future du milieu face à ses changements. Une telle analyse permet également de cerner la transmission intergénérationnelle de pratiques et d’usages de gestion intégrée, de l’Antiquité à nos jours, produit des savoirs traditionnels et des legs culturels.

(Voir annexe)

 

Méthode d’analyse systémique:

L’analyse des interactions entre les systèmes naturels et sociaux ayant comme interface des représentations sociales de gestion intégrée. Le volet des représentations sociales permet de dégager les éléments d’éthique de gestion intégrée et d’identifier les principes d’une politique de gestion de l’eau et des bords de l’eau (riparia) transcendant les barrières temporelles et spatiales.

 

Notre approche a mis au point une démarche transdisciplinaire valorisant les témoignages antiques pour enrichir les concepts environnementaux modernes d’un contenu universel et a souligné le rôle des représentations sociales comme filtre indispensable pour l’analyse du mécanisme de gestion des ressources naturelles. Les dossiers du monde antique, que le recul historique autorise d’analyser dans la perspective de la longue durée, sont ainsi valorisés et avec eux la tâche de l’historien qui doit évaluer des expériences du passé (positives ou négatives) relatives à la gestion des ressources naturelles dans un milieu vulnérable comme les RIPARIA qui a posé aux Anciens des problèmes analogues à ceux connus par les Modernes.

 

*

*   *

 

Cet atelier consacré à Roma, Tevere, Littorale, privilégie l’axe chronologique qui fait état de la dimension historique des thèmes abordés par les projets présentés et pose en termes précis la question des continuités, des héritages culturels, des leçons du passé à retenir ainsi que des défis du présent.

Cette session a comme thème rassembleur les axes de communications sur cet espace riparien, à savoir les développements urbains et la valorisation du territoire compris entre la Civitas et sa périphérie immédiate jusqu’à Ostie aux embouchures du Tibre et la mer, − en d’autre mots les riparia comprises entre le territoire, les rives de ses corps d’eau et le littoral.

Les projets présentés aujourd’hui invitent à se référer à l’une des premières consignes envoyées par les organisateurs de cet atelier, à savoir l’évolution et les transformations dans le temps de l’environnement, ce milieu physique dans ses interactions avec des aspects sociétaux spécifiques.

 

***

 

CONCLUSION

 

 

Aux termes de cette rencontre il convient de cerner deux volets qui ont regroupé les projets – la recherche fondamentale et la valorisation du territoire −,  de mettre en évidence l’axe chronologique qui a été privilégié par les organisateurs de la rencontre en signalant l’importance des effets cumulatifs des moments historiques, et de souligner l’axe environnemental qui se dégage des projets présentés. Dans les notes sommaires qui suivent et qui n’épuisent pas la richesse des projets présentés, j’envisagerai enfin l’importance de l’approche diachronique et la transdisciplinarité pour pouvoir cerner les perspectives et les défis des recherches proposées.

 

 

1. VOLETS DE RECHERCHE

 

1.1 RECHERCHE FONDAMENTALE : DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CONFIGURATION SPATIALE D’UN SYSTÈME SOCIO-NATUREL SINGULIER en rapport avec la question de la communication, ses infrastructures et l’organisation sociétale : navigation, salines, canaux, ponts et quais, navigation, histoire des techniques, lit du fleuve, chemins de halage, quais et ponts, magistratures, curatelle du Tibre, mais effleure aussi la question des conflits d’usage et la natura loci − question qui pourrait être approfondie davantage à la lumière du droit romain.

Quelques exemples significatifs des projets présentés :

M. ANTONUCCI (Rome, la mer, le littoral) ; G. BOETTO (navigabilité du Tibre); I. DELLA GIOVAMPAOLA, M.P. MUZZIOLI  (Tibre – alveus, ripae , navigation-Rome, Ostie) ; M. M. M. FEDELI (navigation et débarquements: gestion intégrée des riparia) ; S. GALLICO/ S. PASSIGLI (gestion intégrée du littoral, le fleuve, salines, conflits d’usage et natura loci) ; X. LAFON (occupation du littoral entre Civitavecchia et Anzio) ; C. ROUSSE (l’administration des rives et lit du fleuve ; F. SALOMON et al. (techniques de la navigation) ; K. LELLO (les dynamiques de l’urbanisme et la mer).

 

 I.2 VALORISATION DU TERRITOIRE : FORMES DE GESTION INTÉGRÉE ET DÉFIS MODERNES : 1) aménagements (P. DI MANZANO), 2) planification urbaine (G. LANTIERI) ; 3) représentation (L. VALDARNINI, M. BIANCHINI) ; 4) conservation, restauration (C. VARAGNOLI) ; 5) développement durable, les enjeux métropolitains du delta du Tibre (A. DELPIROU, D. RIVIÈRE).

 

Quel qu’il soit l’objectif spécifique de ces projets, ils incitent globalement à réfléchir sur ces thèmes en termes d’un système socio-naturel complexe avec ses représentations sociales d’hier et d’aujourd’hui, à reconstituer ou à construire. Les représentations sociales s’avèrent ainsi l’interface entre les systèmes naturel et sociétal. Certains projets en font explicitement référence en orientant des politiques de gestion du milieu et dont la dimension historique peut y interférer également :

Quel est le rapport entre les perceptions et les autres données de la dimension nautique du Tibre ? Pour les « services écosystémiques » – concept essentiellement économique, mais en termes des interactions société-environnement -, comment les formes de gouvernance tiennent-elles compte des perceptions des zones humides d’hier et d’aujourd’hui ? Ainsi, quelles sont les analogies avec l’époque romaine des « équilibres écosystémiques » et la perception positive des zones humides ? Quel est le rapport entre l’occupation des zones humides et la perception de la « façade maritime » ? Enfin, comment les perceptions négatives des perspectives de la métropolisation de Rome peuvent-elles s’atténuer ou se changer par la prise en compte de sa trajectoire historique qui d’environnement stratégique s’est transformée en capitale politique et culturelle séculaire ayant des racines jusqu’à nos jours ?

 

2) L’axe chronologique donne la dimension historique des recherches. Les projets présentés ont mis en évidence l’importance des effets cumulatifs : 1) Période romaine : le dernier siècle républicain : IIes.-Ie s. av. J.-C. bornage du Tibre, projets d’aménagement fluviaux et portuaires, faits économiques et sociaux (notamment les projets de M. FEDELI, X. LAFON., C. ROUSSE) ; 2) Moyen-âge : le VIe siècle, époque des changement (VIIIes.-XIIIes. la petite ère glaciale) ; activités artisanales, extraction du sel, la pêche, l’agriculture (X-XIIe s.), le rôle des établissements religieux et de l’aristocratie, XIIIess., XV-XVIIes. ; 3) Période moderne, contemporaine : La période des changements qui débute à la fin du XVIIIe siècle (bonification et exploitation des territoires marécageux et en friche), le développement de la cité-jardin Ostie au début XIXes., XXe s., expansion vers la mer avec Mussolini. À partir des années 1960 – processus de développement résidentiel intense et compromettant pour l’environnement.

Cet axe de recherche pose la question de l’approche diachronique et transdisciplinaire[4] et suscite quelques interrogations notamment comment résoudre la question des continuités et des solutions alternatives au découpage chronologique de l’objet d’étude ?

Les projets présentés incitent, entre autres, à s’interroger sur : 1) les continuités de l’administration du Tibre des magistratures à la curatelle, dès la République romaine à nos jours, ce  qui est une représentation sociale de sa gestion intégrée, à savoir la continuité de l’institution de la cura riparum ; 2) sur le rapport avec les aménagements portuaires et  urbains et du suburbium, mais aussi avec les inondations du Tibre ; 3) sur le rapport entre les technologies de la navigation, les points d’accostage et les aménagements urbains (canaux; ponts et les quais) et les politiques de gouvernance des voies de communications, urbanisme. La transdisciplinarité offrirait sans doute la possibilité d’aboutir à une véritable approche systémique des questions étudiées par l’intégration, à part entière, de l’évolution environnementale.

Plusieurs projets se rattachent à de divers aspects de cette question et je me référerai ici, à titre d’exemple, au problème des frontières entre l’eau et la terre qui passe par les rives et les rivages et qui pose des questions spécifiques sur : a) le rapport entre les actes juridico-techniques [la munitio et la terminatio] et l’existence et la construction des ponts, quais, bornes et plus particulièrement pour le bornage du Tibre ( C. ROUSSE,  M. FEDELI, M.-P. MUZZIOLI, L. MAGANZANNI) ; b) le rapport entre cippi berges et la route de halage ; c) le rapport des cippi avec l’ager/locus publicus plutôt que le cas de fundus com vadum (car le terme fundus désigne un domaine agricole bien défini qui ne correspond pas aux cas pris en examen et les chemins de halage [si la zone n’a pas subi la terminatio] ; d) le rapport entre les cippi les tombes et les inondations ?

Peut-on, enfin, identifier des phases d’implantation et de restauration, les dernières étant plus nombreuses, la continuité des étapes de l’artificialisation du chenal et les moments-clés ; le choix des sites des cippi in situ (Pietra Papa, Ostie) est important,  mais également en fonction  des évolutions environnementales.

 

III. L’axe géographique/environnement : L’une des démarches privilégiées par la plupart des projets est le choix des sites significatifs (Rome, Ostie, suburbium, bassin versant, embouchure du Tibre, littoral, delta, estuaire, sites significatifs : ex. Marmorata, Pietra Papa, etc. Testaccio, Fiumicino). Ainsi C.VARAGNOLI, S. GALICO, M.FEDELI, P. DI MANZANO, I. DELLA GIOVAMPAOLA, M.-P. MUZZIOLI, C. ROUSSE. C’est alors que la question de l’évolution environnementale se pose plus clairement : 1) Quels sont les principes à adopter pour le choix des sites significatifs ? 2) Comment la question des interactions société-environnement se pose d’emblée pour ce volet ?

Le choix d’une approche systémique qui fasse état des interactions société-environnement – mais qui tient également compte de leurs représentations sociales, ainsi que de l’évolution de l’hydrologie du Tibre, du niveau de l’eau de  la mer, du climat et notamment de la pluviométrie -, s’impose[5].

 

Ainsi et à titre d’exemple :

  • Quels sont l’es impacts du climat et de l’hydrologie du bassin versant du Tibre sur le milieu faisant l’objet de l’étude envisagée?
  • Quel est le rapport entre l’évolution de ce milieu, l’érosion des sols et les crues fluviales ?
  • Quel est l’impact de l’artificialisation de l’embouchure du fleuve par la transformation de l’estuaire (la République) en delta à deux branches avec la construction du Portus (Claude-Trajan) ?

Pour l’époque romaine il est intéressant de dégager le rapport entre les phases d’intervention sur les rives, les aménagements portuaires avec les opérations de munitio et terminatio (quais, stationes) mais aussi les enseignements à en tirer pour combler les lacunes historiques comme celles concernant la période romaine républicaine.

  • Quelle est l’histoire des déviations du Tibre et l’artificialisation du chenal ?

 

IV) L’approche diachronique qui se dégage de la plupart des projets suscite des questions transversales des recherches transdisciplinaires sur lesquels il me semble intéressant à réfléchir :

  • Quel est le rapport entre les perceptions et les autres données de la dimension nautique du Tibre ?
  • Quelles sont les continuités de l’administration du Tibre des magistratures à la curatelle dès la République romaine à nos jours?
  • Quel est le rapport entre les technologies de la navigation (canaux et autres), les points d’accostage et les aménagements urbanistiques : les ponts et les quais, mais aussi l’organisation administrative ?
  • Quel est le rapport entre les technologies de navigation, l’environnement et l’urbanisme?
  • Quel est le rapport entre la «façade maritime» et le rôle des canaux pour les projets d’aménagements portuaires?
  • Quel est le rapport entre la liberté de navigation et la limitation des propriétés privées ?

 

Tout concourt ainsi pour mettre en valeur la pertinence d’une écohistoire de Rome, tout en s’interrogeant sur les moyens à franchir les barrières des déterminismes anthropique et environnemental afin d’intégrer les recherches inter-/transdisciplinaires sur les interactions sociétés – environnement à ce propos. Cette démarche mérite d’être prise en compte dans le choix d’étude de cas représentatifs de l’axe de recherche du projet, une méthode uniforme de recherche et de valorisation.

 

V. LE PARCOURS DE ROME DE CARREFOUR ENVIRONNEMENTAL STRATÉGIQUE AU STATUT DE CAPITALE IMPÉRIALE ET MÉTROPOLE INTERNATIONALE

L’histoire de la navigation du Tibre, du mouvement des populations, des formes d’occupation du sol et de l’économie d’une capitale et d’une métropole ; la façade maritime et le rapport avec la Méditerranée et l’évolution environnementale du Tibre et le littoral

Les projets présentés dans le cadre de la rencontre consacrée à Rome, Le Tibre et le littoral. 3000 ans d’histoire ont circonscrit les aspects sociétaux spécifiques et chronologiquement délimités (navigation, urbanisme, aménagements portuaires (batellerie, transbordement, chemin de halage, institutions, administration); des aspects environnementaux et notamment ceux hydrographiques (alveus, bassin versant, rives, littoral, climat, faune. flore), mais ils ont également souligné le rôle des représentations sociales dans la détermination des politiques, en d’autres mots, des différents aspects des interactions société-environnement. Les 3000 ans d’histoire exigent la recherche des continuités et des ruptures, l’analyse des évolutions sur la longue durée ainsi qu’à différentes échelles spatiales et temporelles, des analogies pertinentes, etc., ce qui requiert une méthode d’analyse systémique qui fasse la part des différents aspects des interactions société-environnement convergeant pour démontrer l’unicité de Rome.

 

V. I  UN ÉCOSYSTÈME SINGULIER l’intégralité de l’écosystème des bords de l’embouchure du Tibre, la Civitas, la mer ; la question de l’impact du bassin versant.

 

V. 2 UN CARREFOUR ENVIRONNMENTAL STRATÉGIQUE, POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ET CULTUREL Le parcours de Rome de carrefour environnemental, stratégique et culturel à capitale et métropole ?  Quelques précisions terminologiques : Y-a-t-il une différence sémantique  entre le développement intégré – terme utilisé par certains projets – et la gestion intégrée;  entre patrimoines culturels et patrimonialisation du territoire ?

 

  • Quel est le rapport entre les aménagements métropolitains du delta et les conflits d’usage ?
  • Comment les dimensions géo-historiques et les héritages du passé s’intègreront dans les stratégies de «développement intégré» de la métropole et de la «gestion intégrée» du fleuve et du littoral ?
  • Comment la configuration spatiale de l’écosystème riparien et son modèle tridimensionnel influence la dynamique des interactions société-environnement ?
  • Quel est le rapport entre la perception de la façade maritime et la connexion de Rome avec la Méditerranée (F. SALOMON, J.-P. GOIRAN, J.-P.BRAVARD, S. KEAY)
  • Le ravitaillement de Rome et les services écosystémiques (section III)

 

 

V.3→ REPRÉSENTATIONS SOCIALES : UNE ÉTHIQUE DE GESTION INTÉGRÉE

Nous revenons ici aux éléments d’éthique de gestion à savoir l’ensemble des normes, croyances et perceptions orientant les politiques de gestion susceptibles de répondre aux deux impératifs de préservation et de la transformation de l’environnement. Les projets présentés semblent pouvoir se regrouper autour de deux thèmes :

 

  • Liberté de navigation et limitation de la propriété privée : droit romain, la vision normative des interactions société-environnement. Les statuts des rives et du littoral l’ager publicus, res communis omnium ;
  • Gouvernance environnementale participative ; normes d’usage; politiques adaptatives et de résilience; l’implication des trois niveaux de responsabilité dans la gestion environnementale

 

 

 

V.4. LES DÉFIS DU PRÉSENT : REPRÉSENTATIONS SOCIALES ET PATRIMOINE CULTUREL : LA VALORISATION DU TERRITOIRE (P. DI MANZANO, M. BIANCHINI, G. LANTIERI, L. VALDARINI, C.VARAGNOLI, etc.),

 

  • Comment l’approche d’analyse systémique des riparia permet-elle de réaliser une synthèse culturelle, une représentation sociale fonctionnelle de l’unicité de Rome en tant que capitale antique et métropole moderne ?

 

  • Peut-on élargir les data territoriaux et environnementaux à la gestion intégrée?

MUSÉE DIFFUSE sur des sites spécifiques (conclusion Catherine Virlouvet).

 

Le choix des sites représentatifs pour la gestion intégrée envisagée en tant que patrimoine matériel et immatériel d’une capitale apparait ainsi de premier ordre.

Méthode : PLATEAU COLLABORATIF [6]: ne pas utiliser les GIS des projets spécifiques, mais présenter des fiches analytiques et synthétiques sur les divers aspects pertinents pour les sites-échantillons : pôles économiques administratifs, services écosystémiques; normes, pratiques et usages de gestion; politiques adaptatives et de résilience de préservation et transformation du milieu. Cette méthode rejoint notre grille d’analyse systémique de la GIRE présentée en annexe[7].

Les recherches consacrées à la valorisation du territoire devraient être, à mon sens, la synthèse et la vitrine de l’ambitieux projet de recherche sur un milieu riparien singulier qui a fédéré tant d’expertises pour dépasser le dialogue interdisciplinaire et créer une métadiscipline qui mette en évidence le caractère paradigmatique de Rome à travers son histoire sous l’angle des interactions société-environnement.

 

 

 

 

 

ANNEXE

Méthode d’analyse systémique de la GIRE

 

Dans le cadre d’un séminaire international d’été en 2007, auquel ont participé des chercheurs de différents horizons scientifiques, A-M. GARÇON, histoire des techniques, U. Paris-Sorbonne, F. BARATA, médiéviste, U. d’Évora (Portugal), I. RODÀ, directrice de l’Institut catalan d’archéologie classique, Tarragone (Espagne). F. SALERNO, juriste, U. de Cassino, Italie, le géographe S. GHIOTTI, CNRS, Montpellier (France), moi-même et les étudiants gradués de la Chaire de recherche dont j’ai été titulaire (Canada), nous avons mis au point une grille d’analyse systémique de la GIRE (gestion intégrée de l’eau) en confrontant nos expériences et méthodes disciplinaires afin de produire ce guide virtuel pour des analyses systémiques des interactions société-environnement. Nous avons ainsi versé le dossier de l’Empire romain dans la foulée d’étude de cas, de la Méditerranée à l’Amérique du Nord et de l’Antiquité à nos jours. Alors que les gestionnaires de l’environnement font recours aux choix ciblés des éléments-clés d’analyse pour des modélisations prospectives sur les stratégies de gestion des ressources en eau et sur l’évolution du climat, il nous a semblé important de prendre en considération sans arrière pensée l’ensemble des aspects socio-environnementaux qui interagissent dans une perspective évolutive passé-présent. Nous avons validé cette méthode d’analyse systémique dans le cadre d’une Journée d’étude, tenue le 3 avril 2008, avec la participation des géographes, S. Ghiotti, CNRS, France,  A. Watelet, U. Laurentienne, Sudbury, Canada, Elly Hermon, sciences historiques et environnementales, Canada, M. Segard, archéologue et Ph. Leveau, historien, U. Aix-Marseille, France et moi-même[8].

La gestion de l’eau est une composante déterminante du système complexe des riparia et les critères méthodologiques proposés, ainsi que les catégories d’information sélectionnées, sont orientés par cette composante. Ils peuvent, nous semble-t-il, servir de modèle pour le projet transdisciplinaire « Rome, Tevere et le littoral » qui pourrait spécifier davantage les diverses composantes environnementales participant à une gestion intégré de ce système socio-environnemental complexe, paradigmatique pour la problématique des riparia.

 

 

 

 

 

Critères de méthode 

 

I Données référentielles :

 

Il nous a semblé, en premier lieu, important de distinguer, comme étape préliminaire aux analyses systémiques, les données référentielles qui orientent la nature des recherches disciplinaires et font appel aux intérêts et méthodes propres aux disciplines. En fait, c’est grâce à ces intérêts et méthodes, qu’il sera possible de proposer des éléments pertinents pour les analyses transdisciplinaires qui passent souvent inaperçus dans le cadre des recherches disciplinaires.

Nous avons ainsi retenu trois catégories : l’espace, à savoir notamment l’axe géographique/environnemental qui ressort également des projets de recherche présentés à cet atelier et qui est un critère déterminant dans le choix d’étude de cas, principe qui s’avère pertinent pour les recherches transdisciplinaires projetées dans notre atelier ; le temps, qui gère l’axe chronologique des projets du présent et du passé et des mécanismes mis en place dans la recherche des continuité, des évolutions et des ruptures. Enfin, la question des sources mérite une attention particulière, car elles valorisent les résultats des recherches disciplinaires à prendre en compte dans l’examen de la gestion intégrée, tout en tenant compte de la nature des témoignages oraux, écrits et de la documentation matérielle.

 

2. Les régistres de l’analyse systémique

 

La recherche des interactions société-environnement naturel exige ensuite la distinction de deux registres d’analyse qui interagissent – le système naturel et le système sociétal – en choisissant des mots-clés pertinents et en les regroupant en catégories d’analyse permettant d’établir les tangences entre ces deux registres d’analyse.

A. Système naturel : Notre grille, qui a pour objectif l’analyse de la gestion intégrée de l’eau, limite le choix des mots-clés déterminés en fonction des données tributaires aux catégories référentielles dont il faut tenir compte. Si les données hydrographiques regroupent des mots-clés relatifs à l’eau (types et caractéristiques hydriques), les éléments paysagers permettent de recenser les autres éléments environnementaux, à mettre en relation avec les formes de changements environnementaux en rapport avec les ressources hydriques.

B. Système social : Trois grandes catégories − d’abord, aux interventions humaines (la gestion des ressources naturelles en général et de l’eau en particulier,  et à l’identification des intervenants et de leurs rôles respectifs ; ensuite aux circonstances de ces interventions (risque environnemental, conflits et crises) ; pour identifier, enfin, les stratégies et les modalités de gestion intégrée de l’eau (les mécanismes mis en place pour gérer le risque environnemental, les conflits et les crises liés à l’eau, les pratiques et les usages de sa gestion intégrée) − portent davantage la marque des sources d’information qui relèvent des représentations sociales sur les phénomènes socio-naturels décrits.

Ainsi se profile un troisième registre d’analyse : Cle système des représentations sociales comme une interface entre le système naturel et sociétal –  un important pan d’information qui désigne les véritables enjeux des politiques environnementales. Nous avons défini symboliquement ce système comme un espace intégré pour rendre compte de cette idée d’interface entre les deux systèmes en interaction et donner pleinement la mesure de la gestion intégrée des ressources naturelles. Deux opérations intellectuelles nous ont semblé régir les catégories et les mots-clés exprimant les représentations sociales : les interactions entre les systèmes naturel (A) et sociétal (B) pour identifier, dans la source elle-même, les savoirs, les perceptions, etc., mais également la prise en considération des données déductives et interprétatives des interactions entre les systèmes A et B et qui tiennent compte de concepts modernes et d’analogies (éthique de gestion, identités, continuité/discontinuité etc.). Ainsi deux systèmes de valeurs régissent les représentations sociales, notamment dans la reconstitution du passé : des Anciens, ceux qui nous ont livré les témoignages, et des Modernes qui interprètent les données antiques selon les visions modernes, mais qui doivent tenir compte des expressions propres des systèmes de valeurs antiques.

 


[1]  E. HERMON, éd., Riparia dans l’Empire romain. Pour la définition du concept, BAR, SI, 2066, Oxford, 2010 (= HERMON 2010),

[2]  R. j. Naiman, H. Décamps et B. Mc Clain, Riparia. Ecology, Conservation and Management of Streamside Community, Elsevier, 2005.

[3]  E. HERMON, A.WATELET, éds., Riparia un patrimoine culturel. Pour la gestion intégrée des bords de l’eau. (à paraître) (= Hermon et Watelet, 2013).

[4]  Il est intéressant de faire ici état de quelques réflexions méthodologiques et sur le sens des termes que nous utilisons et les opérations intellectuelles qu’elles impliquent : l’interdisciplinarité incite au dialogue entre les disciplines autour d’un objet de recherche commun avec une dimension cognitive (articulation des différents champs disciplinaires) et une dimension empirique (confrontation sur des objets hétéroclites) ; la pluridisciplinarité implique la juxtaposition des savoirs disciplinaires sans dialogue réel ; tandis que la transdisciplinarité engendre une métadiscipline à partir des concepts/ questionnement transversaux débordant le cadre disciplinaire (ex. le concept de riparia situé au carrefour des sciences naturelles et humaines. O. PETIT, Le concept de riparia face aux enjeux contemporains : la nécessité d’une approche interdisciplinaire et intégrée, in E. HERMON, Riparia 2010, p. 20).

 

[5]  Voir Annexe sur un modèle d’analyse systémique de la GIRE.

[6] Méthode de restauration en architecture avec la prise en compte des données des thématiques.

[7] v. Annexe : Grille d’analyse systémique et choix des mots-clés au-delà de toponyme avec des fiches analytiques semblables : toponymie, sémantique, législation, normes, technologies, etc.

 

 

[8] Cette Journée d’étude a eu également pour objectif de cerner l’importance relative de l’impact du facteur climatique sur la gestion de l’eau en prenant en compte l’ensemble es facteurs naturels et sociétaux qui influent sur leur évolution respective avec une attention particulière au facteur climatique. Notre objectif a été de mettre de dégager les comportements communs à travers les âges face aux aléas climatiques et en rapport avec la gestion des ressources en eau.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *