L’économie des bains à Ostie

Fig 2
di Grégoire Poccardi ( Université de Lille 3)

Avec au moins 34 bains répertoriés, sans compter ceux de Portus et du territoire, Ostie est le site romain qui possède actuellement le plus grand nombre d’édifices de ce genre (1).

Fig. 1
1 – Plan de répartition des bains à Ostie (plan de 1949 par I. Gismondi et O. Visca, révisé en 1961 par G. Pascolini, puis par M.A. Ricciardi en 1996).

L’existence de cette catégorie de monuments intègre toute une série de contraintes économiques allant de la construction de l’édifice à son abandon1.

Mais avant d’aborder les aspects économiques, il faut soulever la question du statut de ces édifices, car il ne s’agit pas d’une catégorie homogène. Tout d’abord, un bain pouvait appartenir soit à l’organisme public qu’est la colonie, soit une association ou une personne privée (2). Dans le premier cas, sa fréquentation était ouverte à tous ; en revanche, dans le second cas, elle était soit réservée à un nombre restreint de personnes, soit ouvert à tout le monde. La question de la fréquentation des bains est l’élément crucial, car il détermine le statut du bain, privé ou public.

Fig 2
2 – Vue du frigidarium du balneum des Cisiarii (Reg. II, Is. ii, 3) avec sa mosaïque de sol attestant probablement d’un lien avec l’association des transporteurs.

À Ostie, la majorité des établissements était publique, car la population habitait principalement dans des immeubles sans accès direct à l’eau. Parmi ces édifices publics, quatre complexes se démarquent : thermes du Forum, thermes de la Marciana ou de la Porta Marina et les thermes de Neptune en remplacement des thermes plus anciens « des Provinces ». Ces ensembles peuvent être qualifiés de thermes publics, car ils occupent de vastes espaces autonomes, ils étaient dotés de tous les équipements nécessaires au bon fonctionnement d’un complexe de bains et de grandes palestres à portiques, enfin, ils ont été le fruit de la générosité de grands personnages de l’État romain à commencer par les empereurs eux-mêmes. Ils sont les seuls à être dénommés « thermae » dans les inscriptions. Les autres établissements publics, qualifiés de « balnea », sont répartis dans toute la ville. Ils occupent des parcelles insérées dans le tissu urbain, attestant la spécialisation de l’espace à l’activité balnéaire et qui révèle leur caractère public. Pour les balnea qui n’occupent qu’une petite partie d’une parcelle, comme dans les maisons, il s’agissait alors de complexe à usage privé[1].

La construction d’un bain impliquait un investissement important. Il est probable que les thermes de Neptune ont été financés par les empereurs Hadrien (117-138) et Antonin le Pieux (138-161), les thermes du Forum l’ont été par M. Gavius Maximus, préfet du Prétoire d’Antonin le Pieux, enfin les thermes de la Marciana ou de la Porta Marina l’ont été par un empereur antonin. Toutefois, le premier bain connu à Ostie a été financé par C. Cartilius Poplicola, principal personnage de la colonie au début de l’époque augustéenne (CIL, XIV, 4711). Les coûts de telles réalisations sont difficiles à estimer, mais, à Ostie, nous savons qu’Antonin le Pieux fit débloquer deux millions de sesterces pour achever la décoration des thermes commencés par Hadrien (CIL, XIV, 98).

Ces grands personnages participèrent aussi à leur rénovation. P. Lucilius Gamala, personnage important de la colonie, sous l’empereur Marc-Aurèle (161-180), fit restaurer, après un incendie, des thermes construits par Antonin le Pieux et que l’on identifierait là encore à ceux de Neptune (CIL, XIV, 376), mais la plupart des inscriptions montrent que les grands thermes ont été restaurés au IVe siècle par les préfets de l’Annone, patron de la colonie, aux noms des empereurs régnants. Dans le cas de bains moins importants et dépendant de personnes privées, les coûts de construction et d’entretien est un facteur déterminant. L’importance dans le financement de ces édifices se voit naturellement dans la qualité de leur construction et des rénovations réalisées a posteriori.

Pour faire fonctionner un bain, deux éléments sont indispensables : l’eau pour alimenter les bassins et le bois pour chauffer certaines pièces.

Ostie a bénéficié de trois ressources inégales en eau2. La première est l’eau pluviale. Cette ressource était gratuite, mais peu importante et aléatoire (800 mm3 de précipitations réparties de manière irrégulière sur l’ensemble de l’année). Malgré ce handicap, certains établissements ont été dotés de réservoirs à ciel ouvert destinées à la récupérer (bains des Sept Sages, bain « byzantin » ou encore bain du Nageur). La deuxième possibilité était l’eau de sources apportée par l’aqueduc3. Ostie n’a bénéficié d’un tel système qu’à partir du règne d’Auguste au plus tôt. Pourtant, l’aqueduc a longtemps constitué une ressource secondaire d’approvisionnement en eau en raison de la difficulté de l’acheminer depuis les sources jusqu’à la ville (faible dénivellation sur le trajet ne permettant pas d’obtenir une pression importante). Les thermes du Forum, le plus important complexe balnéaire de la ville, n’a, semble-t-il, pas été raccordé à l’aqueduc avant le IIIe siècle, période où le problème de pression fut résolu. Autre désavantage, cette eau était payante. Enfin, la troisième et dernière ressource était la nappe phréatique. Offrant une eau de qualité, elle est située à faible profondeur (3). La facilité de captage et sa gratuité font que de nombreux bains de la ville possédaient un puits de captage muni de roues à augets ou à chaîne à godets (Thermes du Forum ou de M. Gavius Maximus, Bain de Buticosus, Bain du Mithra, Bain des Cisiarii, Bain de la Trinacrie, bain des six Colonnes et bain de l’Envieux).

Fig. 3
3 – Système d’élévation de l’eau de la nappe phréatique par un système de roue à augets et à chaîne à godets du bain du Mithra (d’après G. Pascolini dans M.A Ricciardi, La civilità dell’acqua in Ostia Antica, Rome, 1996, p. 155, fig. 236).

Cette eau était en partie canalisée par des tuyaux en plomb dont certains portaient une inscription désignant le commanditaire ou le propriétaire et l’artisan et/ou l’officine qui l’avait fait. Nous savons que le commanditaire des thermes du Forum était M. Gavius Maximus (4)4, que le bain du Nageur aurait été la propriété de deux cousines, Larcia Priscilla et Arria (Plaria Vera) Priscilla, liées à des familles connues d’Ostie comme les Larcii, Egrilii et les Acilii Glabriones, Arria Priscilla ayant peut-être été la femme d’un Glabrius, consul en 91 après J.-C. ; que le bain du Phare a été la propriété successivement de trois personnes de rang sénatorial et peut-être d’un quatrième de rang équestre : une Cornificia (sœur ou fille de l’empereur Marc Aurèle), puis le chevalier L. Didius Marinus (première moitié du IIIe siècle), ensuite Ser. Scipio Orfitus (fin de l’époque sévérienne) et enfin Valerius Faltonius Adelfius (préfet de la Ville, puis consul en 451) et sa femme Anicia Italica5. Cela fait dire à l’auteur qu’investir dans un établissement balnéaire était un placement recherché. Dans le « Palais Impérial », en grande partie occupé par un bain, c’est une fistula aquae mentionnant Matidia la Jeune, nièce de l’empereur Trajan (98-117)6. Enfin, une fistula aquae a été retrouvée près d’un petit bassin de caldarium d’un bain installé dans une maison tardive (Regio III) ; ce tuyau portait les noms de Clodius Celsinus Adelphius, préfet de la Ville de Rome, en 351 et à sa femme, Faltonia Betitia Proba7.

Fig. 4
4 – Dessin d’un tuyau en plomb retrouvé dans la palestre des thermes du Forum portant le nom de M. Gavius Maximus et du plumbarius Belenius Verus (P. Cicerchia et A. Marinucci A., Scavi di Ostia XI – Le terme del Foro o di Gavio Massimo, Rome, 1992, C. 109, pl. XIV).

Ces fistulae nous renseignent aussi sur les ateliers (officinae) et les artisans-plombiers (plumbarii), ensemble ou séparément. Trois officines (Amtilius Thpetionis, Iulius Marci[a]nius et Aurelius Rufinius) et deux plombiers (C. Nasennius Felix et M. Aurelius Primus) sont attestés au bain du Phare, un atelier et un plombier au bain du Cisiarii (Nasennius Fortunatius et C. Aurelius Eutychianus), un plombier (C. Nasennius Museus) pour les thermes de Neptune, un plombier aux thermes du Forum (Belenius Verus) et un plombier (Q.Publius Secundus) au « Palais Impérial ».

 

Le territoire d’Ostie ne semble pas en avoir manqué de bois. Rappelons que la conquête de l’embouchure, à l’origine de la fondation de la colonie, aurait été liée à la volonté du roi Ancus Martius (640-616) de contrôler la forêt de Maesia (Tite-Live, Histoire romaine, I, 33). Même si cet épisode est probablement légendaire, il n’en reste pas moins que la présence de forêts est attestée par Pline le Jeune (Lettre à son cher Gallus, II, 17, 26).

Si les thermae devaient être gratuits (gestion probable par la municipalité d’Ostie), il n’en était pas de même pour les balnea ouverts au public. Si l’on n’a aucune indication pour Ostie même, Pline le Jeune signale que, lorsqu’il arrivait de manière imprévue dans sa villa des Laurentes, il préférait s’arrêter dans le vicus voisin de sa propriété pour se baigner dans l’un des trois bains payants. Il ne donne pas d’indication sur le prix des bains, mais, à cette époque, Martial (Épigrammes, III, 30) signale la somme d’un quadrans (un quart d’as).

Le Liber Pontificalis (Sylvestre, 34e pontife) donne aussi une indication du revenu qu’un propriétaire pouvait tirer de l’exploitation d’un bain. Lors de la construction de la cathédrale de la ville, l’empereur Constantin (306-337) aurait donné un balneolum à l’évêché, situé dans le territoire de la ville. Il ne semble pas que l’évêché l’ait géré lui-même, mais qu’il l’aurait mis en franchise contre un loyer annuel de 42 solidi. Ce revenu implique que le balneolum était un édifice public et payant. Le cas du balneolum d’Ostie n’est pas isolé, puisque cinq autres exemples sont connus, dont quatre à Rome et un à Antioche en Syrie. Ce dernier rapportait, comme celui d’Ostie, 42 solidi au martyrium de Saint-Pierre du Vatican8.

À l’intérieur des bains, certaines activités économiques peuvent être signalées. Par exemple, le bain du Mithra abrite dans ses souterrains de petites fullonicae (5)9.

Fig. 5
5 – Plan des sous-sols de service du bain du Mithra (Reg. I, Is. xvii, 2) : I. Nielsen et T. SchiØler, « The Water System in the Baths of Mithras in Ostia », dans Analecta Romana Instituti Danici, IX, 1980, p. 149-159, fig. 4.

Dans le bain des Six Colonnes, on trouve des tabernae donnant sur le decumanus maximus et un escalier monte à un étage situé au-dessus du complexe. Or, on sait qu’aux thermes Suburbains à Pompéi, des chambres destinées à la prostitution étaient situées à l’étage et par Sénèque (Lettre à Lucillius, 56, 1-2) que son propriétaire lui louait une chambre. À proximité même des bains, on rencontre souvent des popinae où les gens pouvaient venir se restaurer après le bain comme au bain du Phare.

 

L’activité balnéaire peut aussi perturber une activité économique. Nous constatons que le bain tardif de la via della Foce a récupéré deux cellae des Horrea des Mensores datés de l’époque tétrarchique (6).

Fig. 6
6 – Bain de la via della Foce (Reg. I, Is. xix, 5) et les Horrea adjacents : G. Poccardi (d’après un plan de la SBAO, Archivio disegni, n° inv. 9795) et G. Calza et alii (éd.), Scavi di Ostia I – Topografia generale, Rome, 1953 (pl. I et 2).

Cette présence indique l’arrêt de fonctionnement, même partiel, de l’entrepôt, à une date où la ville perdait de son importance. Un second exemple tardif est celui de l’entrepôt (Reg. III, Is. xvii, 1) dont une partie des cellae est réoccupée, après son abandon, pour y installer un minuscule bain. Il en est de même pour le bain des Cisiarii, qui, construit sous le règne de l’empereur Hadrien, occupe la partie nord d’un édifice à caractère commercial.

 

À Ostie, dès l’époque antique, on assiste au démontage et au transfert des équipements de caldaria abandonnés pour des raisons techniques (probable faiblesse de la structure portante en voûte d’arête) dans les pièces adjacentes réaménagées à cette fonction (thermes de Neptune et bain des Sept Sages). Dans les réfections tardives, on voit des stèles de marbre réutilisées pour refaire les pavements ou les placages de certaines pièces comme aux thermes du Forum. Toutefois, l’abandon des bains entraîne la récupération des marbres soit pour qu’ils soient réutilisés ailleurs, soit pour en faire de la chaux comme l’atteste la présence de fours dans ou à proximité de certains bains (bain des Cisiarii et bain des Sept Sages). Pour les métaux, cette politique de récupération a été systématique avec la disparition des tuyaux en plomb et des chaudières à eau comme pour celle de la piscine méridionale du caldarium du bain de la Trinacrie.


 

réferences


1 Poccardi G., Les édifices balnéaires de la ville d’Ostie à l’époque impériale (milieu du Ier siècle – début du VIe siècle) : études typologiques, techniques et urbaines (thèse de doctorat rédigée sous la direction de Monsieur J.-P. Sodini et soutenue le 21 octobre 2006 à l’Université de Paris I – Panthéon Sorbonne ; « thermes et bains à Ostie », dans Descœudres J.-P.  (dir.), Ostie, port et porte de la Rome antique, Genève, Musée Rath, 2001, p. 161-171 et « Les édifices de bains de l’Ostie tardo-antique (fin IIIe – début VIe siècle) », dans Ghilardi M., Goddard C. et Porena P.F. (éd.), Les Cités de l’Italie tardo-antique (IVe – VIe siècle), actes du colloque international (Rome, 11-13 mars 2004), Rome, CEFR, 369, 2006, p. 167-186.

2 Ricciardi  M.A. et Scrinari Santa Maria V. (dir.), La civiltà dell’Acqua in Ostia Antica, Rome, Fratelli Palombi Editore, 1996 (2 volumes) ; Schmölder A., « Le ravitaillement en eau », dans Descœudres J.-P. (dir.), Ostia : port et porte de la Rome antique, Genève, Musée Rath, 2001, p. 100-107 et Bukowiecki É., Dessales H. et Dubouloz J., Ostie. L’eau dans la ville : châteaux d’eau et réseaux d’adduction, Rome, CEFR, 402, 2008.

3 Bedello-Tata M., Bukowiecki E. et alii, « Le acque e gli acquedotti nel territorio ostiense e portuense. Ritrovamenti e ricerche recneti », dans MÉFRA, 118/2, 2006, p. 463-526.

4 Cicerchia P. et Marinucci A., Scavi di Ostia XI – Le terme del Foro o di Gavio Massimo, Rome, 1992, C. 109, pl. XIV.

5 Geremia Nucci R., « Le terme del Faro di Ostia : Nuovi dati provenienti dallo studio delle fistulae », Archeologia Classica, LI, 1, 1999-2000, p. 383-409 , « Da un riesame delle fistulae ostiensi : dati prosopografici e storia urbana », MededHistInstRome-Antiquity, 58, 1999, p. 36-37 et « Les fistulae aquariae inscrites d’Ostie », dans J.-P. Descœudres (dir.), Ostie, port et porte de la Rome antique, Genève, Musée Rath, 2001, p. 108-113.

6 Spurza J., « The Building History of the Palazzo Imperiale at Ostia : Evolution of an Insula on the Banks of the Tiber River », MededHistInstRome, 58, 1999, p. 129-142.

7 Granino Cecere M. G., dans Heinzelmann M., « Ostia, Regio III : Untersuchungen in den unausgegrabenen Bereichen des Stadtgebietes Vorbericht zur dritten Grabungskampagne 2000 », MDAI(R), 108, 2001, p. 325-327 : l’inscription fait référence à Clodius Celsinus Adelphius, préfet de la Ville de Rome, en 351 et à sa femme, Faltonia Betitia Proba (Jones A.H.M., Martindales J. et Morris J., PLRE, I (260-395), Cambridge, 1971, p. 192-193).

8 Liber Pontificalis I (texte, trad. et commentaire par M. l’Abbé L. Duchesne), Paris, BEFAR, 1886 et Poccardi G., « Un bain public d’Antioche de Syrie, propriété de Saint Pierre de Rome (Liber Pontificalis. Sylvestre, XXXIIII, 19) », Syria, 86, 2009, p 281-288.

9 Nielsen I. et SchiØler T., « The Water System in the Baths of Mithras in Ostia », Analecta Romana Instituti Danici, IX, 1980, p. 149-159.

 

Numérotation des Édifices

 

 

 

1 – Bain du vico del Pino (regio I, Is. x)

2 – Thermes  « Hadrianéennes » (regio I, Is. xiii)

3- Thermes du Forum (Reg. I, Is. xii, 6)

4 – Bain de Buticosus (Reg. I, Is. xiv, 8)

5 – Bain du Mithra (Reg. I, Is. xvii, 2)

6 – Bain de la via della Foce (Reg. I, Is. xix, 5)

7 – Bain des Cisiarii (Reg. II, Is. ii, 3)

8 – Thermes des Provinces (regio II)

9 – Thermes de Neptune (Reg. II, Is. iv, 2)

10 – Bain de la « Basilique Chrétienne » (Reg. III, Is. i, 3)

11 – « Thermes Maritimes » (Reg. III, Is. viii, 2)

12 – Bain de la Maison des Dioscures (Reg. III, Is. ix, 1)

13 – Bain des Sept Sages (Reg. III, Is. x, 2)

14 – Bain de la Trinacrie (Reg. III, Is. xvi, 8)

15 – Bain dans l’entrepôt (Reg. III, Is. xvii, 1)

16 – Bain du « Palais Impérial » (regio III)

17 – Bain dans Maison tardive (regio III)

18 – Bain du Phare (Reg. IV, Is. ii, 1)

19 – Bain « Byzantin » (Reg. IV, Is. iv, 8)

20 – Bain de la via di Iside (Reg. IV, Is. v, 6)

21 – Bain des Six Colonnes (Reg. IV, Is. v, 11)

22 – Bain (Reg. IV, Is. ix, 4)

23 – Thermes de la Marciana (Reg. IV, Is. x, 1)

24 – Bain dans Marciana (Reg. IV, Is. x, 2)

25 – Bain de l’édifice B (regio IV)

26 – Bain de Musiciolus (Reg. IV, Is. xv, 2)

27 – Bain du Philosophe (Reg. V, Is. ii, 7)

28 – Bain de l’Envieux (Reg. V, Is. v, 2)

29 – Bain du Nageur (Reg. V, Is. x, 3)

30 – Bain de la via dei Sepolcri

31 – Bain de Persée (regio IV)

32 – Bain de la Capanna Murata (Trastevere)

33 – Bain de la villa maritime de Procoio à Pianabella

34 – Bain du « Silène » (Reg. IV, Is. ix)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *